• Les travaux de déplacement de la digue de la Prée Mizottière sont terminés

    Les travaux de déplacement de la digue sur le site de la Prée Mizottière (propriété du Conservatoire du Littoral) sont terminés. Pour rappel, les objectifs de cette action sont la création d'environ 10 hectares de prés salés suite au déplacement d’une digue de défense contre la mer, la protection de l’exploitation agricole sur le site de la Prée Mizottière et l'amélioration de la capacité d’accueil de l’avifaune migratrice sur les prairies pâturées adjacentes.   Retour en image de ces travaux débutés à la mi-juillet 2020. Travaux réalisés par le Parc naturel régional du Marais poitevin, en partenariat avec la Réserve Naturelle Nationale de la baie de l'Aiguillon et le Conservatoire du littoral. Le chantier a été effectué par l'entreprise Charpentier TP.   Photos : (c) Réserve Naturelle Nationale de la baie de l'Aiguillon. Ancienne digue - phase de début des travaux - 21 juillet 2020Arasement de l'ancienne digue - 30 juillet 2020Arasement de l'ancienne digue - 30 juillet 2020Emprise de la nouvelle digue - 30 juillet 2020Construction de la nouvelle digue. 2 septembre 2020.Nouvelle digue. Le merlon de terre servira dans quelques années pour réhausser la digue. 10 septembre 2020.Site après recul de la digue lors d'une grande marée. 18 septembre 2020.Site après recul de la digue lors d'une grande marée. 18 septembre 2020.

    Continuez la lecture
  • Protégons nos espèces du littoral!

    Dans le cadre du Life baie de l'Aiguillon, des panneaux ont été réalisés pour sensibiliser sur la nidification du Gravelot à collier interrompu. Le Gravelot à collier interrompu est un limicole de petite taille, protégé par la loi française. Au sein de la Réserve naturelle nationale de la baie de l’Aiguillon, cette espèce niche à la Pointe de l’Aiguillon. La femelle pond généralement 3 œufs à même le sol, dans une petite cuvette, sur le haut de plage à proximité des laisses de mer. Pondus sur le sable, les œufs sont mimétiques et passent quasiment inaperçus. L’incubation des œufs, assurée par les deux partenaires, dure environ 26 jours. Les jeunes s’envolent entre 27 et 41 jours après l’éclosion des œufs. Le Gravelot à collier interrompu est une espèce soumise à de nombreux dérangements anthropiques au cours de la reproduction, tels le piétinement involontaire, la destruction des nids, la divagation des chiens, le dérangement des adultes en période de reproduction… Quelques consignes simples pour respecter au mieux l'espèce : - Évitez au maximum de marcher sur le haut de plage et sur les dunes de sable ou végétalisées - Tenez vos chiens en laisse - Si vous observez un oiseau à proximité, déplacez votre serviette de quelques mètres Merci à tous pour votre aide ! Ces panneaux seront installés sur la Pointe de l'Aiguillon et les plages adjacentes dès le printemps 2020. Oeufs de Gravelot à collier interrompuPoussin de Gravelot à collier interrompu

    Continuez la lecture
  • Colloque international « Restauration des fonctionnalités environnementales du littoral » les 28 et 29 octobre 2020 à La Rochelle

    Un colloque sur le thème de la «Restauration des fonctionnalités environnementales du littoral en contexte conchylicole» aura lieu les 28 et 29 octobre 2020 à la Rochelle   Le programme…

    Continuez la lecture
  • Vue aérienne du secteur de la Pointe de l’Aiguillon le 20 novembre 2019 (© Max Waldberg – Shoot Vidéo)

    Bilan de la première phase de travaux de restauration de vasières

    La première phase de travaux de restauration de vasières dans le cadre du programme LIFE Baie de l’Aiguillon a débuté en septembre 2019 et s’est terminée le 25 février 2020. Les travaux reprendront au mois de septembre prochain.   Photo ci-dessus : Vue aérienne du secteur de la Pointe de l’Aiguillon le 20 novembre 2019 (© Max Waldberg – Shoot Vidéo) Petit rappel sur cette opération : Dans les années 1960, la prolifération du parasite myticola et un problème d’envasement force l’abandon des aménagements conchylicoles les plus en avales de la baie. Ces structures, principalement des tables ostréicoles, servent maintenant de support au développement de gisements sauvages d’huîtres japonaises Magallana gigas (en fournissant des support pour la fixation des larves d’huîtres). Ces gisements sauvages d’huîtres, appelés localement ‘crassats’ qui constituent un habitat « original » solide sur les substrats meubles de vasières, ont plusieurs impacts sur la fonctionnalité de la baie de l’Aiguillon : • Perte d’habitat naturel de vasière (annexe 1 de la Directive Habitat Faune Flore), • Rôle de piège à sédiment favorisant la sédimentation, • Modification locale de la courantologie, • Concurrence des coquillages d’élevage pour les ressources alimentaires. Ainsi, dans le cadre du LIFE Baie de l’Aiguillon, une expérimentation de l’enlèvement de ces gisements d’huîtres sauvages, dans un objectif de restauration de l’habitat « vasière », est en cours. La première phase de ces travaux s’est portée sur le site de la Pointe de l’Aiguillon, où environ 60 hectares de vasière sont à restaurer. Méthodologie Grâce à une pelleteuse amphibie équipée d’un broyeur et montée sur 2 flotteurs, les anciennes tables sont démantelées à marée basse. Les coquilles d’huîtres sont broyées sur place. La ferraille est ensuite ramenée à terre pour être recyclée. Plusieurs profondeur de retrait d’huîtres ont été testées.     Mise à l'eau de la pelleteuse en septembre 2019Quelques chiffres – 3,1 hectares de tables et d’huîtres retirées – 6704 mètres linéaires de tables et d’huîtres retirées – environ 32 hectares de vasières restaurées – Plus de 11 tonnes de ferrailles ramenées à terre La pelleteuse en actionRetrait des tablesCoupe d’un gisement d’huîtresTables à huîtres ramenées à terre

    Continuez la lecture
  • Déplacements des Canards colverts, Sarcelles d’hiver et Canards pilet en baie de l’Aiguillon et dans les prairies humides du Marais Poitevin

    Mais où les canards vont-ils manger ? Article actualisé au 22/04/2020 Pour répondre à cette question, les canards considérés comme granivores, le Canard colvert (Anas platyrynchos), la Sarcelle d’hiver (Anas crecca)…

    Continuez la lecture
  • La pointe de l'Aiguillon © Thomas Jouanneau / PHONIC LIPS

    La pointe de l’Aiguillon, point d’entrée de la baie

    Une flèche sableuse en perpétuel mouvement… La pointe de l’Aiguillon est une flèche sableuse de 40 hectares située dans le domaine public maritime à l’embouchure du fleuve le Lay, en…

    Continuez la lecture
  • Les canards hivernants en baie de l’Aiguillon : que mangent-ils et où se déplacent-ils?

    Dans le cadre du LIFE Baie de l’Aiguillon, une étude sur l’utilisation de la baie et des prairies humides périphériques par les canards hivernantsa été…

    Continuez la lecture
  • La qualité de l’eau en baie de l’Aiguillon, pourquoi et comment la mesurer?

    Pourquoi mesurer la qualité de l’eau? À l’interface continent-océan, la baie de L’Aiguillon est soumise à l’influence des eaux marines d’une part et des eaux douces de façon plus ou…

    Continuez la lecture
  • La Baie de l’Aiguillon en 3D !

    Simulation 3D de la Baie de l’Aiguillon réalisée à partir du modèle numérique de terrain issu d’un relevé topographique Lidar. Dans le cadre de

    Continuez la lecture
  • crassats giusements huitres japonnaises baie aiguillon vasière sédiment

    Inventaire de la faune benthique et analyses des sédiments préalable aux expérimentations d’enlèvements de “crassats” dans la Réserve Naturelle de la Baie de l’Aiguillon

    Démarrage de la phase de terrain pour la réalisation d’analyses granulométriques de sédiments, de mesures de la matière organique et inventaire de la faune benthique préalable aux expérimentations d’enlèvements…

    Continuez la lecture