La baie de l'Aiguillon, relique d'un ancien golfe aujourd'hui disparu

 


La conchyliculture

La baie de l’Aiguillon est le siège d’une activité conchylicole importante, qui concerne principalement la mytiliculture (élevage de moules), représentant 15 % de la production mytilicole nationale. Celle-ci s’est développée sur l’ensemble du Pertuis breton depuis le XIIIe siècle, et a développé un produit phare : la moule de bouchot, qui reste l’objectif essentiel des producteurs de par sa qualité supérieure et sa réputation.

La baie de l’Aiguillon au sens large accueille actuellement une centaine d’exploitations mytilicoles. L’envasement progressif de la baie est une contrainte qui oblige à exploiter toujours plus au large et pose des difficultés structurelles d’exploitation de la ressource conchylicole.

L’ostréiculture dans la baie de l’Aiguillon a été active jusque dans les années 60. La baie de l’Aiguillon était une zone importante de captage de naissain d’huîtres. L’évolution des systèmes d’élevage a induit une diminution de la production d’huitres sur ce secteur. L’abandon de certains secteurs ostréicoles, laissant les structures d’élevage sur site, a favorisé le développement de zones de crassats, favorisant la sédimentation dans la baie.

Différents facteurs peuvent impacter sur les activités conchylicoles. Les élevages subissent depuis 2014 de forts épisodes de mortalités. La production de moules est ainsi étroitement dépendante de la qualité des eaux (bactérienne et physico-chimique) qui parviennent dans la baie de l’Aiguillon. Mais d’autres facteurs semblent également entrer en jeu : hydrodynamisme, gestion quantitative de l’eau...

La conchyliculture reste une activité compatible avec les objectifs de la réserve et constitue un témoin de la qualité des eaux de la baie.

Bouchots en baie de l'Aiguillon - Life baie de l'Aiguillon

Bouchots en baie de l'Aiguillon

Développement de crassats d'huîtres en baie de l'Aiguillon - Programme LIFE baie de l

Développement de crassats d'huîtres


La réserve naturelle nationale

La baie de l’Aiguillon et ses espaces littoraux ont fait l’objet de deux classements successifs en réserves naturelles nationales.
La première réserve est créée par décret le 09 juillet 1996 côté vendéen. Il faudra attendre le 02 juillet 1999 pour le classement en réserve de la partie Charente-Maritime.

L’ONCFS et la LPO, nommées respectivement par le Préfet de Vendée, et le Préfet de Charente-Maritime, assurent une cogestion globale de la baie de l’Aiguillon, qui constitue une seule entité écologique. Les deux organismes effectuent la gestion, les suivis scientifiques, les opérations de valorisation du site pour les deux réserves, soumis à un plan de gestion unique. Ce document, approuvé en 2013, définit sur une période 10 ans les objectifs de gestion et les actions opérationnelles à long terme à mettre en œuvre.

Le statut de réserve naturelle est un outil juridique permettant une protection efficace et pérenne d'un espace naturel fragile et remarquable. La règle commune à toutes les réserves naturelles est que leur territoire ne peut être ni détruit, ni modifié. Ainsi, à côté de l'outil de gestion dédié à la conservation du patrimoine naturel, une réserve naturelle se définit par la réglementation contenue dans son décret de création.

Le programme LIFE Baie de l’Aiguillon s’inscrit dans les opérations de ce plan de gestion.

> Voir le site Web de la Réserve naturelle nationale de la baie de l'Aiguillon

La baie de l'Aiguillon, des espaces littoraux d'une grande richesse

L'estuaire de la Sèvre niortaise


L’organisme de gestion du PNR du Marais poitevin

L’organisme de gestion du PNR du Marais poitevin
L’organisme de gestion du Parc naturel régional du Marais poitevin est un Syndicat mixte, constitué par les deux régions La nouvelle Aquitaine et Pays de la Loire, les trois départements de la Charente-Maritime, des Deux-Sèvres et de la Vendée, les communes adhérentes, les EPCI (Établissements Publics de Coopération Intercommunale) et les Chambres d’agriculture. Il œuvre pour la sauvegarde, la restauration et la valorisation du Marais poitevin, zone humide d’intérêt international, dans une dynamique de développement durable.

Le périmètre du Parc naturel régional du Marais poitevin concerne les 93 communes adhérentes au syndicat mixte.


L’outil de gestion

La Charte du Parc naturel régional du Marais poitevin détaille les missions assignées au Parc, fixe les orientations de protection, de mise en valeur et de développement du territoire et les mesures permettant de les mettre en œuvre sur une période de 12 années.

Le Parc naturel régional agit concomitamment en faveur d’un Marais dynamique, d’un Marais préservé, d’un Marais partagé. Ces 3 axes de la charte sont développés en 18 orientations et 55 mesures. Toutes les actions du Parc mises en œuvre répondent à cette arborescence.

Consulter la Charte du PNR du Marais poitevin


Les missions du PNR

Le Parc a pour missions de :

  • promouvoir des activités économiques en s’appuyant sur la valorisation de son environnement
  • restaurer les habitats naturels, soutenir l’agriculture durable, préserver la biodiversité et suivre son évolution
  • favoriser un aménagement du territoire respectueux du Marais poitevin
  • sensibiliser, éduquer, former et diffuser des connaissances et la culture du Marais poitevin

> Voir le site web du Parc naturel régional du Marais poitevin

Carte des communes du territoire du Parc naturel régional du Marais poitevin
Couverture de la charte du PNR du Marais poitevin - Rapport 2014/2016


Les autres politiques en Marais poitevin

Le site Natura 2000 du Marais poitevin

La baie de l’Aiguillon est située sur le territoire du Marais poitevin. Cette zone humide s’étend sur 111 200 ha (soit un tiers de la surface des marais littoraux atlantiques) et représente la seconde plus grande zone humide de France après la Camargue. Le Marais poitevin constitue un ensemble d’une grande richesse écologique, à la fois par la diversité des milieux qui le composent et surtout par ses spécificités de “zone humide”. Situé au carrefour de plusieurs grandes zones climatiques et à l’interface de la terre et de l’océan, celui-ci offre des sites propices aux oiseaux migrateurs.

Le Marais poitevin s’inscrit dans le réseau Natura 2000 au titre des Directives « Oiseaux » et « Habitats ». Le site Natura 2000 du Marais poitevin résulte de la fusion :

  • de la Zone Spéciale de Conservation FR 5200659 en Vendée (47 700 ha)
  • de la Zone Spéciale de Conservation FR 5400446 répartie entre les Deux-Sèvres et la Charente Maritime (23 323 ha)
  • de la Zone de Protection Spéciale interdépartementale (FR5410100)
  • Les 68 023 ha inscrits au titre du réseau Natura 2000 confèrent au Marais poitevin un intérêt international.Le site Natura 2000 du Marais poitevin se caractérise par une mosaïque de milieux interconnectés caractérisant une zone humide : littoral, marais ouverts desséchés, intermédiaires et mouillés, marais mouillés bocagers et vallées, réseau hydraulique, îles calcaires et terrasses alluviales, grandes cultures des plateaux calcaires et marais desséchés.La baie de l’Aiguillon est intégrée dans le périmètre du site Natura 2000 Marais poitevin. Diverses actions du Documents d’Objectifs complètent les dispositifs mis en œuvre sur la baie de l’Aiguillon.Le LIFE Baie de l’Aiguillon intervient sur 5 200 ha du site Natura 2000 : 4 900 ha en baie de l’Aiguillon, 240 ha sur le site de la ferme de la Prée Mizottière et 40 ha sur la pointe de l’Aiguillon.
Carte du site Natura 2000, de la zone humide et du Parc naturel régional du Marais poitevin


Les Schémas d’Aménagement et de gestion des Eaux (SAGE)

La baie de l’Aiguillon est alimenté par plusieurs fleuves côtiers : le Lay, la Sèvre niortaise et le Curé qui drainent un vaste bassin versant de 600 000 ha.
3 SAGE ont été élaborés pour la gestion des eaux superficielles et souterraines :

  • le SAGE du Lay,
  • le SAGE de la Sèvre niortaise et du Marais poitevin,
  • le SAGE de rivière Vendée. Ces SAGE ont été approuvés et sont en cours d’application.Des orientations communes de gestion quantitative et qualitative ont été données de manière à mieux contrôler les apports d’eau douce vers la baie de l’Aiguillon.Pour en savoir plus :
  • Le Syndicat mixte du Marais poitevin, bassin du Lay
  • L’institution interdépartementale du Bassin de la Sèvre niortaise

www.sevre-niortaise.fr/sage-sevre-niortaise-et-marais-poitevin
www.sevre-niortaise.fr/sage-vendee

Les eaux du Lay en crue à Port-la-Claye en Vendée

Port-la-Claye - Les eaux du Lay en crue


Les Plans d’Actions de Prévention des Inondations (PAPI)

La Baie de l’Aiguillon est concernée par trois PAPI :

  • Le PAPI Nord Aunis en Charente Maritime, élaboré par le Syndicat mixte hydraulique du Nord Aunis (Syhna)
  • Le PAPI Vendée Sèvre Autise, élaboré par le syndicat mixte Vendée Sèvre Autise
  • Le PAPI du Lay, élaboré par le Syndicat mixte du Marais poitevin, bassin du Lay

Ces PAPI ont pour objectif de définir une stratégie et un programme d’actions pour limiter les risques liés aux submersions et aux inondations fluviales.

Les services de l’Etat sont chargés de vérifier la cohérence et l’efficience des mesures proposées par les trois PAPI pour l’ensemble du Marais poitevin.

Les actions du LIFE devront prendre en compte les dispositions validées dans chacun des PAPI.

Bateaux sur le Lay. Port de l'Aiguillon-sur-Mer

Le port de l'Aiguillon-sur-Mer et la digue sur l'estuaire du Lay