La pointe de l’Aiguillon, point d’entrée de la baie

La pointe de l'Aiguillon © Thomas Jouanneau / PHONIC LIPS

Une flèche sableuse en perpétuel mouvement…

La pointe de l’Aiguillon est une flèche sableuse de 40 hectares située dans le domaine public maritime à l’embouchure du fleuve le Lay, en Vendée.

La pointe de l’Aiguillon au fil du temps… © RNN Baie Aiguillon

 

Depuis 1945, la pointe de l’Aiguillon est façonnée au gré des courants et marées avec notamment une avancée de l’extrémité de la flèche sableuse.

En 1965, la création du polder ostréicole (gagné sur le pré salé), ainsi que l’expansion progressive des zones cultivées et urbanisées, modifient l’agencement de la pointe de l’Aiguillon.

L’extrémité de la pointe est intégrée dans le périmètre de la Réserve Naturelle Nationale depuis 1996. La zone amont est quant à elle classée en Arrêté préfectoral de protection de biotope (APPB) depuis 1998.

La pointe de l’Aiguillon présente tous les faciès des habitats de dunes de l’Atlantique (haut de plage, dune mobile et dune grise). Elle abrite une forte diversité faunistique et floristique caractéristique des zones humides littorales.

 

 

Les actions du programme Life

L’activité touristique à la pointe de l’Aiguillon (plage, promenade, pêche à pied, etc.) génère une fréquentation humaine qu’il est nécessaire de canaliser.

Le programme LIFE Baie de l’Aiguillon prévoit de renforcer les aménagements de canalisation du public, afin de préserver les habitats dunaires du piétinement et fixer le sable. Ces actions se traduisent entre autre par la pose de ganivelles, fils lisses et plots de bouclage et le retrait d’une partie des blocs bétons.

La pointe de l’Aiguillon à marée haute (mars 2017) © Thomas Jouanneau / PHONIC LIPS

Les actions du LIFE Baie de l’Aiguillon s’inscrivent dans la continuité des actions entreprises au titre de Natura 2000 par le Parc Naturel Régional du Marais poitevin, l’ONCFS et la Direction Départementale des Territoires et de la Mer de Vendée depuis 2011.

Première étape, les suivis biologiques…

Ces travaux participeront à un meilleur état de conservation des habitats de la pointe, au développement du cortège floristique associé aux habitats de dunes grises et amélioreront ainsi la capacité d’accueil de ces espaces aux passereaux inféodés à ces milieux.

Dans ce cadre, une étape préliminaire aux travaux consiste à évaluer la capacité d’accueil du site notamment pour les oiseaux nicheurs.

Emmanuel Joyeux, conservateur de la Réserve Naturelle Nationale de la Baie de l’Aiguillon (partie Vendée), réalise tous les ans un suivi des oiseaux nicheurs sur la pointe de l’Aiguillon. Il nous parle de 3 espèces observables en période de reproduction à la pointe de l’Aiguillon :

Emmanuel Joyeux en pleine concentration…

Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica) © F. CROSET

 

« La Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica) est connue, par les photographes notamment, pour fréquenter la pointe de l’Aiguillon . On la retrouve principalement dans les habitats de soude arbustive (Suaeda vera), mais aussi de prunellier (Prunus spinosa) ou d’Oyat (Ammophila arenaria). Merci de rester sur les chemins pour l’observer en toute tranquillité. »

Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus) © LPO 17


 
 
« Le Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus) est une espèce protégée en France, inscrite à l’Annexe I de la Directive Oiseaux, aux Annexes II de la Convention de Berne et de la Convention de Bonn. Elle trouve sur la pointe de l’Aiguillon le seul site de la réserve naturelle propice à sa reproduction, de par la présence de dune embryonnaire. »

Pipit rousseline (Anthus campestris) © E.BARBELETTE


 
 
« En Vendée, le Pipit rousseline (Anthus campestris) se retrouve principalement sur les faciès de dunes grises ou de dunes blanches. C’est pour cette raison que la pointe de l’Aiguillon constitue un site important pour cette espèce. »

Laissez un commentaire

35eb8c419d92378f1b28b7c6dc348b04EEE