• Vue aérienne du secteur de la Pointe de l’Aiguillon le 20 novembre 2019 (© Max Waldberg – Shoot Vidéo)

    Travaux de restauration de vasière en baie de l’Aiguillon

      Dans le cadre du LIFE Baie de l’Aiguillon, une expérimentation d'enlèvement de gisements d’huîtres sauvages, dans un objectif de restauration de l’habitat « vasière », est en cours. L'Agence de l'eau Loire-Bretagne , qui apporte une subvention de 150 000 euros dans le cadre de son appel à initiatives 2020 pour la biodiversité marine et littorale, a publié un article sur la deuxième phase de ces travaux.   Pourquoi une telle opération? Dans les années 1960, la prolifération du parasite myticola et un problème d’envasement force l’abandon des aménagements conchylicoles les plus en avales de la baie. Ces structures, principalement des tables ostréicoles, servent maintenant de support au développement de gisements sauvages d’huîtres japonaises Magallana gigas (en fournissant des support pour la fixation des larves d’huîtres). Ces gisements sauvages d’huîtres, appelés localement ‘crassats’ qui constituent un habitat « original » solide sur les substrats meubles de vasières, ont plusieurs impacts sur la fonctionnalité de la baie de l’Aiguillon : • Perte d’habitat naturel de vasière (annexe 1 de la Directive Habitat Faune Flore), • Rôle de piège à sédiment favorisant la sédimentation, • Modification locale de la courantologie, • Concurrence des coquillages d’élevage pour les ressources alimentaires.   Comment? https://www.youtube.com/watch?v=DYbp6aH-IcQ Grâce à une pelle amphibie qui démantèle les anciennes tables et la ferraille grâce à la griffe avant de passer sur les gisements d’huîtres pour broyer les coquilles. En savoir plus Ici

    Continuez la lecture
  • Bilan de la deuxième phase de travaux de restauration de vasière

    La deuxième phase de travaux de restauration de vasières dans le cadre du programme LIFE Baie de l’Aiguillon a débuté  enoctobre 2020 et s’est terminée le 25 février 2021. Rappel sur l’opération Dans les années 1960, la prolifération du parasite myticola et un problème d’envasement force l’abandon des aménagements conchylicoles les plus en avales de la baie. Ces structures, principalement des tables ostréicoles, servent maintenant de support au développement de gisements sauvages d’huîtres japonaises Magallana gigas (en fournissant des support pour la fixation des larves d’huîtres). Ces gisements sauvages d’huîtres, appelés localement ‘crassats’ qui constituent un habitat « original » solide sur les substrats meubles de vasières, ont plusieurs impacts sur la fonctionnalité de la baie de l’Aiguillon : • Perte d’habitat naturel de vasière (annexe 1 de la Directive Habitat Faune Flore), • Rôle de piège à sédiment favorisant la sédimentation, • Modification locale de la courantologie, • Concurrence des coquillages d’élevage pour les ressources alimentaires. Ainsi, dans le cadre du LIFE Baie de l’Aiguillon, une expérimentation de l’enlèvement de ces gisements d’huîtres sauvages, dans un objectif de restauration de l’habitat « vasière », est en cours. La première phase de ces travaux s’est portée sur le site de la Pointe de l’Aiguillon, où environ 60 hectares de vasière sont à restaurer. Retrouvez le bilan ici. La deuxième phase de ces travaux s’est poursuivie sur le site de la Pointe de l’Aiguillon, mais également sur le site du Canal de Luçon et sur Charron. Méthodologie Pour le chantier 2019/2020, une pelle hydraulique montée sur deux flotteurs à vis sans fin et équipée d’un broyeur alimenté par un moteur de 200 chevaux a été conçue (Entreprise SAS CTAT pour Trézence TP). Une fois à proximité des gisements d’huîtres, les anciennes tables sont retirées avec un godet – pince puis déposées sur un chaland qui les ramène à terre à la fin de chaque marée pour être recyclées. Les coquilles d’huîtres sont ramassées à l’aide du godet et déposées dans le broyeur. Le résidu de broyage (coquilles et sédiments) reste sur site. Les coquilles ressortant du broyeur sont très fines (de l’ordre du centimètre). Deux profondeurs différentes sont expérimentées : 1m20 et 60 cm. Des améliorations du matériel ont été faites pour le chantier 2020/2021. Un nouvel engin a été conçu (Entreprise SAS CTAT pour Trézence TP ), avec cette fois-ci un broyeur frontal de 3 mètres alimenté par un moteur de 500 CV. Une griffe remplace le godet de la première machine. Après avoir démantelé les anciennes tables et la ferraille grâce à la griffe et de les avoir déposés sur le chaland à proximité, l’engin passe directement sur les gisements d’huîtres qui sont broyés. Les coquilles d’huîtres sont broyées sur une profondeur d’environ 40 cm sous les sédiments. Pelleteuse amphibie en action sur le secteur de Charronhttps://www.youtube.com/watch?v=DYbp6aH-IcQPrincipaux résultats Travail durant 41 marées 3,8 hectares de tables et d’huîtres retirées Environ 80 hectares de vasières restaurées Près de 20 tonnes de ferrailles ramenées à terre Retrait des gisements d'huîtres sur le secteur de la Pointe de l'AiguillonRetrait des gisements d'huîtres sur le secteur de Charron Poursuite de l’action L’objectif de restaurer 100 hectares de vasière dans le cadre du projet LIFE Baie de l’Aiguillon a été atteint à l’issue de la deuxième phase de chantier. Une troisième phase de restauration de vasière aura lieu courant l’hiver 2021-2022, grâce notamment à l’obtention d’un financement complémentaire dans le cadre du plan de relance. Cette nouvelle phase de restauration commencera en septembre 2021 et aura pour objectif de terminer le secteur de la Pointe de l’Aiguillon et éventuellement continuer le secteur de Charron. Afin d’évaluer la pertinence des travaux et leur reproductibilité ailleurs sur le littoral, il faut s’assurer de la non-recolonisation des huîtres dans les années à venir. Ainsi, il est impératif de réaliser des suivis de contrôle sur plusieurs années après la fin des travaux pour vérifier la présence de naissains d’huîtres sur les coquilles restantes. Le suivi post-travaux de la macrofaune benthique et des sédiments réalisé en 2021 nous permettra d’évaluer la recolonisation de la macrofaune benthique sur les zones où les gisements ont été retirés.

    Continuez la lecture
  • Scorzonère à feuille de Chausse-trap

    Découverte d’une nouvelle espèce de plante sur le site de la Prée Mizottière

    🌱 Une nouvelle espèce de plante sur le site de la Prée Mizottière ! Nous avons découvert quelques pieds de Scorzonère à feuille de Chausse-trap (Podospermum laciniatum) dans les prairies…

    Continuez la lecture
  • Un suivi de la qualité de l’eau en baie de l’Aiguillon

    Un suivi de la qualité de l’eau a été mené dans le cadre du projet LIFE baie de l’Aiguillon. L’objectif de cette étude est de comprendre l’influence des apports d’eau douce en baie de l’Aiguillon et dans le Pertuis breton. Les différents composants de l’eau, tels le nitrate et le carbone, sont analysés le long d’un continuum terrestre-aquatique afin de voir leurs variations spatio-temporelles. La température et la salinité sont également suivis à l’aide de sondes haute fréquence pour estimer les lâchés d’eau et les épisodes de sursalure et de dessalure.   ▶ Apprenez-en plus à travers cette vidéo qui explique le travail réalisé.   Vidéo réalisée par Delphine Berlioux – Kumquat Prod https://vimeo.com/544527070?loop=0

    Continuez la lecture
  • Une nouvelle espèce sur la réserve!

    Une espèce de plante herbacée a été découverte sur la Pointe de l’Aiguillon : l’Hutchinsie couchée (Hymenolobus procumbens). Au mois d’avril 2021, une espèce de plante a été découverte…

    Continuez la lecture
  • Protégons nos espèces du littoral!

    Dans le cadre du Life baie de l'Aiguillon, des panneaux ont été réalisés pour sensibiliser sur la nidification du Gravelot à collier interrompu. Le Gravelot à collier interrompu est un limicole de petite taille, protégé par la loi française. Au sein de la Réserve naturelle nationale de la baie de l’Aiguillon, cette espèce niche à la Pointe de l’Aiguillon. La femelle pond généralement 3 œufs à même le sol, dans une petite cuvette, sur le haut de plage à proximité des laisses de mer. Pondus sur le sable, les œufs sont mimétiques et passent quasiment inaperçus. L’incubation des œufs, assurée par les deux partenaires, dure environ 26 jours. Les jeunes s’envolent entre 27 et 41 jours après l’éclosion des œufs. Le Gravelot à collier interrompu est une espèce soumise à de nombreux dérangements anthropiques au cours de la reproduction, tels le piétinement involontaire, la destruction des nids, la divagation des chiens, le dérangement des adultes en période de reproduction… Quelques consignes simples pour respecter au mieux l'espèce : - Évitez au maximum de marcher sur le haut de plage et sur les dunes de sable ou végétalisées - Tenez vos chiens en laisse - Si vous observez un oiseau à proximité, déplacez votre serviette de quelques mètres Merci à tous pour votre aide ! Oeufs de Gravelot à collier interrompuPoussin de Gravelot à collier interrompu

    Continuez la lecture
  • Les travaux de recul de la digue sur la Prée Mizottière débutés

    Les travaux de déplacement de la digue dite première sur le site de la Prée Mizottière (propriété du Conservatoire du Littoral) dans le cadre du LIFE Baie de l’Aiguillon ont débuté le 17 juillet 2020. Les objectifs de ces travaux sont la création d'environ 10 hectares de prés salés suite au déplacement d’une digue de défense contre la mer, la protection de l’exploitation agricole sur le site de la Prée Mizottière et l'amélioration de la capacité d’accueil de l’avifaune migratrice sur les prairies pâturées adjacentes. La création de marais maritimes sur le site de la Prée Mizottière conforte la complémentarité de ce site à celui de la baie de l'Aiguillon en tant que zone d'accueil avifaunistique notamment.   Ces travaux réalisés par Charpentier TP se poursuivront jusqu'au mois d'octobre prochain.

    Continuez la lecture
  • Avis d’enquête publique : travaux pour le recul des remblais à vocation de protection contre les inondations

    Une enquête publique est ouverte sur la commune de Sainte-Radégonde-des-Noyers à compter du 6 juin 2020. Elle a pour but de consulter le public au préalable des futurs travaux de…

    Continuez la lecture
  • Colloque international « Restauration des fonctionnalités environnementales du littoral » les 28 et 29 octobre 2020 à La Rochelle

    Un colloque sur le thème de la «Restauration des fonctionnalités environnementales du littoral en contexte conchylicole» aura lieu les 28 et 29 octobre 2020 à la Rochelle   Le programme…

    Continuez la lecture
  • Les carnets de terrain sur la baie de l’Aiguillon sont imprimés!

    Dans le cadre du LIFE Baie de l’Aiguillon, des carnets ont été conçus pour découvrir la Réserve Naturelle Nationale de la baie de l’Aiguillon. Mis à disposition par la…

    Continuez la lecture